Artist in Residence 2023

Marie Madlen Weber

1983, Stuttgart (Allemagne)

Je travaille depuis 2004 principalement avec la pierre, que je trouve dans des carrières ou dans leur environnement immédiat, comme les cours d'eau. Dans mes œuvres FormA, j’explore ses limites afin de la soustraire à sa pesanteur et de la rendre légère, fluide et fragile. Généralement, je commence à traiter une fine couche de pierre des deux côtés à la fois. L'important pour moi est qu’elle ait déjà une forme, façonnée par le mouvement et les intempéries. Les bosses et les creux me permettent par la suite d'obtenir petit à petit une fine couche voûtée.

Dans la Valle Lavizzara, j'aimerais notamment travailler avec des blocs erratiques provenant du lit de la rivière.

La couche extérieure de la pierre est façonnée par le trajet qu'elle a parcouru dans l’eau. Elle montre une surface érodée et recouverte d'incrustations. D'un côté, cette surface formée naturellement dans la rivière du Tessin doit être conservée et témoigner de son lieu d'origine, de l'autre côté elle doit montrer, en tant que forme négative, les traces d'usinage.

Au lieu d’être entraînée et compressée dans le lit de la rivière avec toute la force de la nature, la pierre doit être extraite de ce circuit et se transformer en « image » qui témoigne de son parcours. L'axe principal de ma recherche est de me rapprocher de plus en plus d'une couche délicate, de manière à créer l'impression d'une peau de pierre.

Par ailleurs, je vais explorer les structures internes de la pierre qui rendent visible ses particularités.